Le corps en question dans la relation

cropped-sans-fond-petit-format.pngL’existence de l’homme est d’abord corporelle. Notre corps est l’expression de notre histoire, de notre vécu.

Dans les sociétés occidentales, le corps a eu tendance à fonctionner comme « interrupteur de l’énergie sociale »[1]. Il y a eu un moment dans l’histoire où on a valorisé l’esprit et sous-estimé le corps.  Aujourd’hui, il est le lieu de la reconquête de soi.

La rencontre avec l’autre suppose de s’exposer. L’image que nous avons de notre corps et du corps de l’autre impacte les relations que nous établissons.

Le professionnel de l’accompagnement doit accueillir l’autre, quel qu’il soit, dans sa singularité. Comment vit-il ces rencontres ?

Finalités

  • Se sensibiliser au fait que notre corps est le témoin de notre histoire, de notre héritage biologique, familial, social, culturel, éducatif, et s’inviter à un travail réflexif
  • Prendre en compte l’autre dans sa singularité, dans sa globalité, dans sa corporalité
  • Se sensibiliser à la question du corps dans la rencontre

Contenus 

  • Avec des supports théoriques issus de la sociologie clinique et d’autres auteurs, D Le Breton, R Murphy, C Gardou,
  • La place du corps dans notre histoire personnelle, familiale, sociale, culturelle
  • L’image du corps, en lien avec sa propre histoire
  • L’influence de la sensorialité dans notre rapport à soi, au monde et aux autres et l’impact de la défaillance d’un sens, tant du point de vue du manque que de la créativité.

Durée: 3 jours consécutifs

[1] David Le Breton